Archives des Maison - Artisans habitat

  • Quelles sont les autorisations nécessaires pour réhausser sa toiture et comment les obtenir ?

    Rehausser la toiture est une opération qui consiste à créer un espace de vie supplémentaire. Il est  possible d’avoir un étage supplémentaire en augmentant la hauteur sous plafond des combles. Mais on n’est pas tout à fait libre de faire un rehaussement comme bon nous semble, des normes et des réglementations peuvent régir les travaux.  Il existe en effet des autorisations selon la surface de plancher que l’on doit avoir avant de débuter les opérations. Quelles sont alors ces autorisations et comment les obtenir ? Voyons ici les démarches administratives préalables aux travaux de rehaussement.

    La déclaration préalable de travaux pour un rehaussement de petite surface

    Rehausser la toiture modifie l’aspect extérieur de la maison et en augmente la surface utilisable. Une déclaration préalable de travaux (DP), qui est une autorisation administrative peut-être requise pour les travaux de faible importance. Elle porte sur la création d’une nouvelle surface de plancher ne dépassant pas 20 m² en zone non couvert par un PLU (Plan Local d’Urbanisme). La DP peut aussi suffire pour une surface supplémentaire générée jusqu’à 40 m² en zone urbaine couverte par un PLU.

    La DP est composée d’un formulaire cerfa (n°13703 pour une maison individuelle), de différents plans cotés et à l’échelle, d’un document d’insertion, et de diverses informations sur la hauteur et l’aspect de la maison. Le dossier complet est à déposer en 2 exemplaires au service d’urbanisme de la mairie. Les techniciens vont vérifier la conformité aux PLU, mais aussi aux diverses normes nationales sur les constructions établies par les DTU (Documents Technique Unifié). Le délai d’instruction pour un DP est d’un mois après le dépôt de dossier. Voir plus ici si vous voulez un accompagnement dans la réalisation de ces démarches.

    Le permis de construire pour les travaux de grande importance

    Si vous projetez de rehausser la toiture avec une extension de surface supérieure aux limites autorisées par une déclaration préalable de travaux, il est alors obligatoire d’avoir un permis de construire (PC). Cette autorisation est obligatoire dès lors que la surface totale après travaux est à plus de 170 m². Et faire appel à un architecte peut aussi être nécessaire dans ce cas. Le dossier de demande de permis de construire est aussi à déposer auprès de la commune, avec un délai d’instruction de 2 mois.

    En outre, il faut savoir que rehausser une toiture sur un site patrimonial nécessite une autorisation délivrée par l’architecte des Bâtiments de France. Sachez aussi que depuis janvier 2022, pour certaines communes, il est possible de dématérialiser les dossiers et de procéder en ligne sur Internet.

  • Agrandissement de maison ancienne : comment faire une extension moderne ?

    La mise en œuvre d’un agrandissement de maison ancienne repose sur un bon nombre de paramètres. Les propriétaires disposent d’un panel de choix idéals pour gagner des m2 dans leur habitat. Que choisir et comment faire pour avoir un aménagement moderne ?

    Extension et agrandissement de maison ancienne : quelles sont les règles ?

    Agrandir une ancienne maison est une solution évidente pour de nombreuses familles qui souhaitent rénover leur habitat, en vue d’une cession, pour plus de confort ou pour accueillir un ou de nouveaux venus. Dans tous les cas, les réglementations existent principalement en ce qui concerne le permis de construire et la mise à contribution d’un architecte.

    • L’agrandissement de maison ancienne nécessite en principe un permis de construire, sauf quand la nouvelle surface créée ne dépasse pas 40 m2 en zone urbaine.
    • Faire appel à un architecte est obligatoire quand le projet concerne une surface plancher de 150m2 ou plus.

    Agrandissement de maison ancienne : les méthodes modernes

    L’agrandissement de maison ancienne est mis en œuvre de 3 manières différentes, selon la disponibilité du terrain, les caractéristiques du bâti initial, etc :

    Les extensions latérales

    Cela consiste à construire une partie plain-pied de la maison, reliée par une ouverture avec le bâti principal. On pense notamment à la véranda qui se tient le long de la façade de la maison. Il peut aussi s’agir d’une construction attenante faite d’une ossature toiturée en bois, d’une extension en parpaing ou en brique…

    La surélévation

    Face à un manque de surface constructible extérieure, les propriétaires peuvent choisir de créer un nouvel étage. Cela implique une grosse intervention qui oblige souvent au déménagement.

    La création de combles habitables

    C’est l’aménagement des combles pour obtenir une pièce à vivre ou une salle de bain par exemple. Il s’agit d’une solution de milieu de gamme, un excellent compromis économique, mais qui va nécessiter aussi une certaine disponibilité de surface. Dans certains cas, on peut être obligé de recourir à une surélévation de toit.

    A qui confier l’agrandissement de sa maison ancienne ?

    L’agrandissement de maison ancienne nécessite de répondre à des réglementations récentes touchant le confort thermique et la performance énergétique de la maison. On doit en même temps considérer les dernières technologies ou techniques qui permettent d’avoir une extension de maison à la fois moderne et propice au bien-être de ses occupants (isolation, domotique, etc). Il est important de contacter des entreprises modernes et expérimentées (certifications et catalogue en guise de preuves), accessibles via un site internet, au fait des dernières normes en matière de rénovation de maison…

  • Ergonomie : bien choisir son bureau

    En matière de travail, la santé et le bien-être sont des facteurs de performance cruciaux qu’il est heureusement aujourd’hui facile à obtenir. Les modèles de table professionnelle utilisés dans les bureaux et open-space ou chez soi en télétravail sont notamment conçus dans cet intérêt. Certains meubles sont même optimisés pour s’adapter de manière parfaite à son utilisateur et son utilisation. Quels sont-ils et comment en choisir ?

    Bureau pro : qu’est-ce que l’ergonomie ?

    Dans la conception des tables de bureau actuels, les fabricants mettent en avant un ensemble d’aspects qui rend le mobilier conforme à différentes exigences au niveau du confort d’utilisation et de la praticité. Tout au long des recherches en matière de conception, le terme « ergonomie » revient souvent, en parlant de la capacité du mobilier à s’adapter au gabarit et autres paramètres physiques de l’utilisateur, ainsi qu’à ses besoins, ses activités et éventuellement à ses habitudes.

    Sur le marché, le terme bureau ergonomique est synonyme d’un modèle de conception permettant au travailleur de se mettre debout et assise de façon alternée et à sa convenance : bureau assis debout. C’est un mobilier réglable en hauteur. Cela étant dit, on lui ajoute aussi d’autres fonctionnalités comme son caractère inclinable. D’autres ajouts sont apportés pour le faire correspondre à l’environnement et aux usages : un espace pour l’ordinateur, cloisonnettes, roulettes, etc.

    Bureau de travail : pourquoi choisir l’ergonomie ?

    Le plaisir au travail et le bien-être physique est reconnu comme étant la principale motivation qui fidélise les employés. De son côté, un travailleur a intérêt à exiger un bureau qui lui évite maux de dos et les problèmes de la microcirculation, pour se maintenir en bonne santé, et donc se permettre de travailler plus efficacement. Ne considérant que le bureau ergonomique, les utilisateurs évitent tous les inconvénients d’une position assise et d’une station debout prolongée. Il s’agit aussi d’une conception qui stimule le dynamisme et le travail musculaire, ce qui est bon pour la concentration et la performance sur le long terme.

    Bureau et ergonomie : comment choisir ?

    L’offre en matière de bureaux professionnels qui peut répondre aux exigences d’ergonomie est vaste et diversifiée. Le terme « ergonomie » ne limite pas la diversité du choix. Pour en choisir, il faut aussi bien considérer les aspects d’ergonomie que les autres caractères d’efficacité, sans compter que chaque personne présente des spécificités qui font qu’un modèle ne soit pas compatible à l’un, mais idéal pour l’autre.

    On peut avant tout se référer aux dimensions standard du bureau ergonomique, à savoir : une hauteur de 65 à 74cm en position assise, et une hauteur maximale en station debout idéale de 90 à 110cm. Il faut aussi s’attarder sur un certain nombre de spécificités, à commencer par la dimension du plan de travail devant être compatible aux effets professionnels à installer, les activités à effectuer, ainsi de suite. Le matériau d’un bureau ou table de travail ergonomique doit également être robuste et résistant, avec un poids dans la moyenne. À côté du caractère déplaçable du meuble, il faut aussi s’assurer de sa stabilité. Cliquez ce lien pour plus d’informations.

  • Quels sont les critères pour choisir une porte d’entrée ?

    En ce moment, il existe de nombreuses sortes de portes d’entrées sur le marché (en bois, en acier, en alu…). C’est la raison pour laquelle on tombe souvent sur une porte d’entrée qui ne convient pas à l’exigence posée.

    Les critères pour choisir une porte d’entrée

    Pour choisir une porte d’entrée, on est tenu de connaître certains critères. Il s’agit de la sécurité, du design, de la modalité d’entretien ainsi que de l’isolation.

    La sécurité

    La porte d’entrée est le premier obstacle que les cambrioleurs doivent franchir avant d’entrer à l’intérieur.   C’est la raison pour laquelle, il est préférable de choisir une porte d’entrée qui satisfait toutes les normes de sécurité requises. Cela permet de donner une réponse à temps de la part du propriétaire en cas d’attaque.

    L’élégance et le design

    La porte d’entrée doit correspondre au style de l’ensemble de la maison. En fait, c’est l’élément que les visiteurs découvrent en premier lieu. Par exemple, si une habitation possède une architecture plus contemporaine, opter pour une porte d’entrée en aluminium ou en acier est l’idéal. Ce n’est pas tout, sa couleur ne doit pas être négligée pour avoir une décoration parfaite. Pour cela, il vaut mieux faire appel à une décoratrice.

    L’isolation

    D’habitude, l’isolation d’une porte d’entrée est négligée parce qu’elle ne jouit pas d’une grande surface. Mais si on souhaite bénéficier d’un confort optimal, on est dans l’obligation de veiller à ce que l’isolation de la porte d’entrée soit excellente. Cela offre l’occasion de réaliser des économies surtout en hiver.

    L’entretien

    La facilité d’entretien est un critère à ne pas négliger lorsqu’on choisit une porte d’entrée. Les portes d’entrée en aluminium et en PVC sont ce qui répond aux mieux cette caractéristique. Ce, parce qu’elles ne demandent pas un lavage régulier. Et dans le cas où on souhaite une porte en bois, il est important d’en sélectionner une construite avec une matière préalablement traitée.

    Les dimensions

    En général, la taille moyenne d’une porte d’entrée est de 251 cm de hauteur pour 90 cm de large. Pour ne pas faire fausse route, il est préférable de choisir une porte d’entrée sur mesure. Mais si on souhaite avoir une large gamme de choix, opter pour des dimensions standards reste idéal.

    Le choix de l’installation

    En ce moment, il est possible d’installer soi-même sa porte d’entrée, parce qu’il suffit de suivre le guide. Mais si on désire avoir un travail de qualité dans le plus bref délai, faire appel à un professionnel demeure la meilleure option. L’un des avantages avec l’intervention d’un professionnel est le respect des normes en vigueur.

  • Les indispensables en termes de mobilier de salon

    Pour offrir une belle ambiance dans le salon, certains mobiliers sont nécessaires. Ce petit guide vous permettra de trouver des idées de déco d’intérieur et des conseils pour bien sélectionner les meilleurs mobiliers à installer dans le salon

    Le choix du thème de décoration d’intérieur :

    Avant de dresser la liste des mobiliers indispensables au salon, il est important de définir le thème à observer. Le choix du meuble et du matériau qui le compose dépend du thème. Un style scandinave privilégie les meubles en bois ou fabriqués avec des matériaux naturels. Le style moderne opte plutôt pour les meubles en métal, en plastique ou en produits de bois transformés

    Le choix du fournisseur :

    Sur internet, il existe de nombreux magasins de vente de mobiliers de salon en ligne. Le choix du magasin ne doit pas se faire à la légère, car plusieurs éléments peuvent impacter l’achat. On distingue :

    • Le prix et la qualité : actuellement, il est possible de trouver un produit de qualité au meilleur prix. Même dans les mobiliers de marque, le coût n’est pas nécessairement cher. Vous pouvez donc trouver un magasin salon pas cher. 
    • La variété des produits proposés : plus le catalogue est riche, plus il y a des choix à faire
    • Les conditions de ventes et de livraisons : la prise de connaissance de ces éléments permet de comparer et de faire une bonne affaire.  

    L’établissement de la liste des meubles et mobiliers de salon :

    Pour bien meubler cet espace de vie, il faut imaginer un cadre agréable, chaleureux et convivial. Plusieurs pièces de mobiliers sont indispensables :

    • Le canapé ou le fauteuil : il existe sur le marché une grande variété de modèles de canapé adapté aux besoins de chaque salon (dimension, style, standing, design…). Le canapé est la star incontestable de cet espace de vie. Sans ce meuble, le salon laisse un sentiment de vide et de manque.
    • La table base : c’est un mobilier qui se combine parfaitement au fauteuil. Ensemble, ils mettront en valeur votre intérieur.
    • Le meuble de télé : dans la plupart des salons se trouve une télévision à écran plat. Elle peut s’accrocher au mur, mais c’est beaucoup plus design si elle est associée à un meuble.
    • Les autres mobiliers de salon indispensables : s’il y a plus d’espace au salon, alors il est possible d’ajouter certains meubles pour mettre en relief l’intérieur. On distingue les tables et les chaises, les coussins, le tapis, un meuble de rangement, une bibliothèque et éventuellement une cave à vin.
    • Un espace loisir : en général, il est dédié pour les enfants et les jeunes, mais les grands peuvent avoir aussi un espace pour les sports et les activités physiques et divertissantes : marche, danse, jeux vidéos…
  • Astuces pour trouver les meubles de cuisine adaptés

    La cuisine est l’élément central de votre maison, et vous devez l’aménager au mieux pour la rendre jolie et agréable. Mais c’est également le lieu où vous cuisinez vos plats. Ainsi, vous devez également repenser le côté pratique et usage. Ne minimisez surtout pas donc cette pièce, ce sera une véritable erreur. 

    Comment choisir de bons meubles de cuisine?  Il n’y a pas de réponse universelle à cette question. Choisir des bons meubles de cuisine est plutôt une combinaison de facteurs et de goûts, de besoins tous réunis pour obtenir un résultat magnifique. Voici quelques conseils pour vous aider à trouver des meubles de cuisine qui correspondent à votre aspiration et sont en harmonie à votre intérieur. On vous propose un article assez exhaustif sur le sujet. 

    Ne jamais oublier le rôle de la cuisine dans le choix

    Une cuisineest faite pour cuisiner, et préparer les repas.  Elles se sont beaucoup développées ces dernières années, et sont devenues des endroits polyvalents dans lesquels on peut à la fois manger et discuter avec les amis pour une retrouvaille. En tout cas, il faut savoir que les cuisines sont en priorité des lieux où l’on prépare les plats. Cet aspect revêt une importance particulière surtout dans le choix d’un meuble de cuisine et de certains accessoires.  Ainsi,  vous ne compromettez pas  les autres usages que votre cuisine peut avoir.

    Tenir compte de l’espace alloué à chaque meuble de cuisine

    Évidemment, acheter des meubles sans tenir compte de la taille de la cuisine peut vous être fatal. Disposez des mesures exactes vous aident à trouver les meilleurs meubles et objets à installer dans votre cuisine.

    Même lorsqu’un meuble s’adapte à la cuisine, il doit incorporer de manière harmonieuse dans la pièce, ce n’est pas la peine d’acheter des accessoires trop voyants. Pensez aux meubles dont vous avez vraiment besoin :

    • Ensemble cuisine
    • comptoir, 
    • coin pour petit-déjeuner 
    • espace de rangement
    • tables et chaise

    Penser au thème de votre intérieur et au design du meuble

    La dernière chose à considérer est évidemment le mobilier que vous avez déjà (au cas où il y en aurait), et à votre style intérieur (moderne, vintage, traditionnel…)et de choisir des articles qui sont en adéquation  avec ce qui est déjà sur place.

    Un conseil universel en matière de mobilier de cuisine est de choisir un espace assez volumineux. Le cas idéal est, évidemment, d’avoir une grande cuisine spacieuse qui donne de la place à votre expérience de décoration, et plus de meubles accueillants et mignons.

  • Combles ou grenier : quelles différences ?

    Quelle est la différence entre les combles et le grenier ? 

    Dans une maison, les pièces sont toutes importantes. Chacune d’elles a son rôle. Cependant, une confusion s’installe souvent quant à l’appellation de quelques-unes. Pour cette raison qu’une distinction doit être présentée clairement et d’une façon précise.

    Suis-je face à des combles ou grenier ? Quelles différences faire entre ces deux termes ? 

    Les combles : une différence à noter avec le grenier

    Avant d’apporter une explication sur la différence entre les combles et le grenier, il faut d’abord clarifier chaque appellation. Les combles sont un mot d’origine latine. L’expression « a cumble » désigne le dépassement d’un espace limité. Pour la maison, c’est l’espace situé entre le plafond du dernier étage et le toit. L’expression « de fond en comble » signifie simplement de bas en haut. Les combles sont parfois des surfaces aménageables ou habitables. Des travaux peuvent être entrepris. 

    Les combles ont des charpentes industrielles ou traditionnelles qui dépendent de la structure de la maison. Cependant, il existe des combles perdus qui ne sont pas aménageables. Suite à leur structure, ils ne peuvent pas être habités. 

    Combles ou grenier : le côté utilitaire du grenier

    Le grenier est généralement l’espace supérieur d’une maison sous les combles. Le grenier est souvent un espace non habité. Étymologiquement, le mot Grenier vient du latin «granaria ». Il était utilisé pour désigner le lieu de stockage des blés ou céréales. Traditionnellement, le grenier servait d’entrepôt pour les produits agricoles. Dorénavant, peu de greniers ont encore la même utilisation. Il a pris le sens de débarras inhabitable. 

    Certains ont une charpente complexe à fermettes ou de charpente simple. Les greniers servent généralement à renforcer l’isolation thermique de la maison. 

    Comble ou grenier : différence ou synonyme ?

    Suite à la définition des combles et du grenier, la conclusion est la suivante : les combles perdus et le grenier représentent la même chose. À vrai dire, les combles et le grenier sont deux mots synonymes. La nuance est très légère. En effet, comme cité au-dessus, le grenier est un espace de rangement. Les combles perdus sont par contre des espaces physiques inutilisables. Pour faciliter la compréhension, le grenier se trouve donc dans les combles. Les combles et le grenier sont tous deux utilisés pour isoler la maison. Les techniques d’isolation sont par contre différentes pour le grenier et les combles aménageables.

    En revanche, une grande différence est observée entre les combles perdus et les combles aménageables. Une distinction fiscale importante est aperçue entre les combles aménageables et le grenier.

    Les calculs des impôts fonciers prennent en compte chaque mètre carré. La surface des combles perdus n’est pas comprise dans le calcul. Cependant, toutes les surfaces susceptibles d’être aménagées en habitation sont comprises dans le calcul. Le raisonnement est le même pour les déclarations de surface pour la taxe d’habitation. A la différence des combles, le grenier ne fait pas partie des pièces déclarées. Par contre, les combles aménagés sont obligatoires. Pour différencier ces pièces, il existe des mensurations standards. Un grenier doit mesurer au plus 1,80 m de hauteur. La pente du grenier doit être inférieure à 30 degrés. Dans les cas contraires, il est question de combles aménageables.

    Retrouvez les astuces de pros sur la maison sur Artisans Habitat !

  • Faut-il associer un matelas à ressorts avec un sommier à lattes ?

    Matelas à ressorts et sommier à lattes : une bonne association ?

    Choisir un matelas et un sommier est très important. Trouver la meilleure combinaison c’est également avoir un bon sommeil. C’est un choix qui ne doit pas être fait par hasard. Le matelas et le sommier doivent être parfaitement en parfait accord. Le matelas à ressorts fait partie des choix de plus de personnes. Le sommier à lattes en est également. Ces deux choix font-ils alors une bonne association ? 

    Les avantages du matelas à ressorts 

    Dans ce site, il existe plusieurs types de matelas à ressorts. Ils présentent chacun leurs avantages et inconvénients. Les ressorts biconiques sont ceux plus reconnus traditionnellement. Ils ont tendance à rentrer dans la peau de son utilisateur au fil du temps. Sa durée de vie est donc très limitée.  Pour les ressorts multispires, ils sont fabriqués à partir d’un unique fi d’acier. Il offre donc un soutien très homogène. Les ressorts ensachés sont l’innovation du marché de matelas. Effectivement, chaque ressort est placé individuellement en sachet. Le maintien au niveau des zones plus sensibles du corps est de ce fait parfait. 

    Les matelas à ressorts n’ont pas une préférence quant au sommier  qui l’accueille. Cependant, les sommiers trop rigides réduisent sa durée de vie.

    Les avantages du sommier à lattes 

    Selon la literie du Panthéon, les sommiers à lattes tapissiers peuvent accueillir des matelas en mousse, à ressorts ou en latex. Grâce à leur technologie, ils sont capables d’offrir un confort sans altérer leur efficacité, quel que soit le type de matelas. De plus, les lattes ont la capacité d’augmenter les flux d’air vers le matelas. C’est une qualité qui augmente à son tour la durée de vie du matelas. Les problèmes d’humidité sont donc réduits grâce à l’aération de ces sommiers à lattes. 

    Un sommier à latte de ce site offre une excellente répartition du poids. De ce fait, la stabilité du dormeur est donc assurée. Cependant, pour avoir ces résultats, les lattes du sommier doivent être écartées d’environ 5 centimètres. Les espaces entre les lattes assurent un meilleur confort. Il existe des types de sommiers à lattes : 

    • Les lattes passives : c’est un sommier assez ferme. Il est dépourvu de suspension
    • Les lattes articulées, actives ou encore lattes avec suspension : ils sont conçus avec un bois souple

    En somme, le matelas à ressorts et le sommier à lattes sont une bonne association. Cependant, il faut veiller à choisir les bonnes dimensions et le bon type de sommier à lattes. 

    Retrouvez tous les articles de la maison et de la literie avec Artisans Habitat !

  • A quoi sert l’attestation de valeur locative ?

    Attestation de valeur locative : à quoi ça sert ?

    La valeur locative d’un bien immobilier est son prix théorique sur le marché. Elle est déterminée compte tenu de ses atouts sur le plan géographique, environnemental, architectural… Son estimation est entérinée par une attestation dressée par le même professionnel du bâtiment qui l’a réalisé. Mais quelle est la valeur d’un tel certificat ?

    Valeur locative : comment est-ce évalué ?

    L’attestation de la valeur locative d’une maison ou d’un appartement sert à valider les atouts que dispose le logement, établissant et justifiant tel ou tel prix de location. Sa réalisation fait suite à l’estimation de la valeur vénale à la location (sur un an) des caractéristiques de l’habitat en question. La valeur locative ou encore valeur locative cadastrale (CLC) se calcule en considération de plusieurs aspects du logement, à savoir : son conception intérieure et extérieure, son environnement, sa son emplacement et situation géographique… Elle est en grande partie théorique, et l’attestation remise par le professionnel qui l’a réalisée sert à lui donner de la consistance auprès de ceux qui la considère comme décisive.  

    Valeur locative : une donnée chère au fisc

    La notion de valeur locative est une création du Fisc. C’est une estimation de loyer dont celui-ci se sert pour définir une base d’imposition envers le bien immeuble concerné. Plus précisément, les services fiscaux utilisent la valeur locative cadastrale pour calculer la taxe d’habitation. L’attestation de valeur locative de l’appartement ou de la maison mise en location va permettre à l’Administration de fixer cet impôt. Pour ce faire, elle utilise des valeurs de référence établies en 1970 et attribuées à plusieurs critères, à savoir la catégorie du logement, la surface habitable, le confort et le prix du marché.

    Les propriétaires ont la possibilité d’obtenir cette valeur locative cadastrale de leur logement, ainsi que les détails de l’estimation réalisée par la Direction générale des Finances publiques, en envoyant un simple courrier auprès de la commune ou de l’Administration fiscale elle-même. 

    Attestation de valeur locative et prêt bancaire

    Pour le propriétaire particulier, l’attestation de valeur locative sert surtout de justificatif, dans un cadre de demande de crédit immobilier, notamment au cas où le bien n’est pas encore loué. Réalisé par un professionnel de l’immobilier, ce document vaut une grande preuve de solvabilité. Pour autant, la banque ne va considérer que le 2/3 (70%) du montant du loyer théorique, car elle va inclure dans son calcul les charges du propriétaire liées à une prochaine location, à savoir les taxes, les travaux et d’autres frais.

    Retrouvez les articles de la maison avec le site Artisans Habitat !

  • Comment investir dans l’immobilier en 2020 ? 

    Longtemps réservé aux professionnels, l’investissement immobilier intéresse actuellement les particuliers. Pour cause ! ce type de placement rentabilise leur patrimoine. En plus, il leur fait profiter à de nombreux avantages fiscaux.

    Quel est l’investissement immobilier le plus attractif ?

    L’investissement immobilier locatif est le plus intéressant. Pour rappel, il consiste à acheter un bien immobilier (appartement, maison individuelle, local professionnel) pour ensuite le louer. Bien évidemment, il présente d’énormes avantages, comme :

    • Source de revenus pour le propriétaire. Ce dernier reçoit effectivement des loyers qui permettent de rentabiliser son patrimoine. Certains bailleurs n’hésitent pas à utiliser les ressources pour préparer leur retraite.
    • Optimiser son patrimoine, car un immeuble, ne perd jamais de la valeur. Ce bien constitue d’ailleurs la meilleure succession à léguer à ses descendants. 
    • Bénéficer d’une réduction d’impôt sur le revenu dont le taux peut aller jusqu’à 12%

    Pourquoi investir dans l’immobilier neuf ?

    Pour mieux investir immobilier 2020, il faut miser sur le neuf. Effectivement, l’immobilier neuf ouvre droit à de nombreux aides fiscaux. Le premier avantage est la réduction de l’impôt sur le revenu qui est consacrée par la loi pinel. Ce dispositif prévoit toutefois un taux différent en fonction de la durée de la location. Si celle-ci dure 6 ans, alors le taux est de 12%. Mais, si elle s’étale plus de 12 ans, le taux est de 21%. 

    Mais, à part la loi pinel, l’investissement dans le neuf permet aussi de profiter à une diminution des frais de notaire. Effectivement, l’acquéreur doit payer la totalité des frais de mutation pour l’achat d’un bien ancien, il bénéficie d’une diminution pour l’acquisition d’un immeuble neuf. 

    En outre, l’investissement immobilier est facile à financer, car on peut solliciter un éco prêt à taux zéro, du moins si l’immeuble à construire respecte les conditions d’éligibilités. Sinon, il est aussi possible de solliciter une réduction de la TVA, si la construction respecte les normes contenues dans la transition énergétique. 

    Et enfin sachez qu’un immeuble neuf répond aux exigences actuelles. C’est le cas de la réglementation thermique de 2012, en matière d’isolation et de consommation énergétique. Il peut aussi s’agir des règles relatives aux normes de construction, etc. Les prix sont aussi plus bas comme avec ce constructeur maison individuelle Douai. Les loyers à Douai sont plus bas que dans d’autres villes des Hauts-de-France.

    Comment investir dans l’immobilier ?

    Pour investir dans l’immobilier, il ne faut pas agir seul. La meilleure façon d’y arriver est de se faire accompagner par un professionnel. Ce dernier vous aidera à trouver la maison qui convient à votre profil. Il vous accompagne également à remplir les conditions d’éligibilité pour la réduction d’impôt.